Péril sur le fleuve


La Marie-Louise


Le puits


Tome 3
Le destin de Maggie


Tome 2
La revenante


Tome 1
Maggie

 

 


Mai 1944. Le soldat Ryan O’Farrell, parti au front, écrit à Rachel Brennan, son grand
amour, celui qui ne vient qu’une fois dans une vie. Rachel vit seule à Saint-Benjamin,
où elle fait l’objet de toutes les convoitises et où toutes sortes de ragots courent sur
elle, plus salaces les uns que les autres. Quand elle est retrouvée morte un bon
matin, complètement nue et à moitié submergée, tête première, dans le puits
derrière sa maison, l’affaire est vite étouffée. Il n’y aura pas d’enquête, jusqu’à ce que
Ryan, fou de douleur, revienne de la guerre et, devant le mutisme général, jure de
démasquer le ou les meurtriers et de venger sa bien-aimée.

Dans ce roman policier à saveur historique, Daniel Lessard nous plonge dans le
Québec rural des années de guerre, avec ses femmes plus grandes que nature, ses
cultivateurs acharnés, ses curés tout-puissants, ses politiciens de village, ses
énergumènes et ses drames ahurissants, tout droit sortis des journaux de l’époque.


Auteur :
Daniel Lessard
Couverture : Luc Normandin
Éditeur : Les Éditions Pierre Tisseyre

Roman pour adultes - Grand format - 408 pages
29,95 $
ISBN : 978-2-89633-294-6



Daniel, d'où vient cette histoire?
Il s'agit d'un fait divers survenu en 1942 ou 1943 à Saint-Benjamin. La Smith a été retrouvée nue, morte noyée dans son puits. Mon grand-père avait dû se rendre sur les lieux en tant que maire de la ville. Le coroner a conclu à la noyade, et la femme a été enterrée presque tout de suite. Par la suite, des personnes ont parlé, suggérant que des gens importants étaient impliquées et que ça n'avait rien d'un accident. Mais il n'y a pas eu d'enquête. Je suis parti de ça et du fait qu'elle avait un amoureux parti au front. J'ai inventé son retour et son désir de vengeance. J'avais très peu de matériel dans les notes de mon grand-père, contrairement à Maggie. Ça a été un travail de «vrai romancier». J'ai dû retravailler plusieurs fois le texte, mon éditrice me disait que je vendais la mèche beaucoup trop vite! (rires)

Il s'agit effectivement d'un thriller, ce qui est une première pour vous!
J'ai beaucoup innové, utilisé les revirements et des retours dans le temps pour bien raconter cette histoire d'amour. Je voulais des lettres et des poèmes, je suis vraiment sorti de ma zone de confort et j'en suis fier. Après quatre romans, j'oublie que je suis un journaliste, mais je me sens toujours un peu comme un imposteur.

7 Jours Divertissement - Publié le 10 octobre 2014



Daniel Lessard fait revivre avec un talent de conteur magistral cette époque de curés tout-puissants, de politiciens de village, de cultivateurs et d’énergumènes en tous genres.

«Comme je partais d’un fait véridique pour lequel il n’y a aucune espèce d’information, je pouvais construire l’histoire à ma guise. Ils ont trouvé la femme morte, nue, dans le puits, et le juge de paix et le curé ont décidé que c’était un accident et l’ont enterrée le lendemain pour que personne n’en parle», raconte Daniel en entrevue. «Il y a eu une enquête du coroner, mais pas plus que ça. Il y a eu six lignes dans L’Éclaireur Progrès. À partir de là, j’ai bâti l’histoire. Les gens disaient que la personne qui l’avait tuée était une personne importante. Qui?»

«Une personne importante en 1942 ou 1943, il faut que ce soit le curé ou le maire ou quelqu’un qui a de l’argent. Alors, je me suis trouvé quatre suspects, dont le curé, qui est toujours mon souffre-douleur préféré, et je suis parti avec ça. Je me suis amusé!»

Daniel Lessard a saisi un moment dans l’histoire et le raconte avec une profusion de détails qui permettent de capter l’ambiance parfaitement. «J’ai eu beaucoup de plaisir à l’écrire et je suis très fier de mes lettres d’amour et de mes descriptions de guerre. Une de mes passions, c’est les romans sur fond de guerre. J’en ai lu des tonnes. Je suis allé à Vimy, à Passchendaele, à tous ces endroits.»

Sa Rachel est une femme différente, qui a du caractère, ce qui lui rappelle des femmes fortes de sa famille. «C’est un personnage de fiction en bonne partie. Même chose pour Ryan.»

Le journaliste politique Daniel Lessard est un vétéran de la Tribune parlementaire à Ottawa.


MARIE-FRANCE BORNAIS
Journal de Québec - Publié le 5 septembre 2014